L’Arcane des Epées

Alors l’Arcane des Epées de Tad Williams, ce sont trois énormes tomes d’environ 1200 pages chacun, le genre de pavés qui fait assez peur aux gens. Soit environ 3600 pages de pur kiff que j’ai boulotté en quelques jours.

Cette série est pour moi l’essence même de la fantasy : un univers énorme, avec une carte en début de livre, de l’aventure et des rebondissements, des personnages démoniaques qui veulent anéantir le monde et bien sûr un héros tout à fait ordinaire qui se retrouve embarqué dans une quête extraordinaire.

Et c’est surtout la série qui a inspiré RR Matin pour Games of Throne. Si je vous dis : un vieux roi meurt, son successeur soupçonne son frère de vouloir lui voler la couronne, les intrigues de cour envahissent le château, des êtres blancs sont vus au nord et « l’hiver ne se termine plus », ça vous fait penser à quoi ? Hein ? Plus sérieusement, on retrouve un grand nombre d’idées qui auront été ensuite utilisées dans GoT.

Alors, je dois cependant vous prévenir : les 250 premières pages ne sont pas transcendantes. L’auteur prend bien soin de planter le décor, les principaux personnages, les rivalités, les affinités, les complots qui s’ourdissent dans l’ombre. Ce sera très important pour la suite. On suit le parcours du jeune Simon, petit domestique sans père ni mère, élevé au milieu des servantes du château du Hayholt. On découvre par ses yeux les bouleversements causés par la mort du vieux roi Jean Presbytère, qui avait de son vivant pacifié le royaume. Lui succède son fils aîné, Elias. Avec un monarche plus jeune, la vie revient au château. Ainsi que la cour, ses intrigues, ses complots. Simon devient l’apprenti du Docteur Morgenès, qui lui apprend à écrire et essaie combler les lacunes de son éducation. Mais au fur et à mesure que l’influence du très inquiétant prêtre Pryrate grandit sur le roi Elias, la situation se détériore. Tout bascule lorsque le frère du roi, Josua Mainmorte, disparaît…

Faites-moi confiance, laissez l’histoire démarrer. Le début est long, un peu ennuyeux, mais à partir de la page 250, lorsque Simon sort enfin du château, cette série devient un vrai page turner que vous n’arriverez pas à lâcher.

790640385

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s