Les robots : Un défilé de robots

On continue la suite de la rétrospective sur le Cycle des robots d’Asimov avec le tome suivant : Un défilé de robots.

IMG-9563.JPG

Résumé : Comment risque de réagir un robot programmé pour un environnement lunaire dès lors qu’il se retrouve égaré sur Terre ? Un robot peut-il mentir à un procès pour préserver les intérêts de son utilisateur ? Le docteur Susan Calvin, robopsychologue, dialogue avec les androïdes pour faire la lumière sur ces étranges affaires. Et découvre davantage de défauts de programmation chez l’homme que chez ses fidèles créations…

Pourquoi j’ai aimé : dans la lignée du premier, ce livre est aussi une série de courtes nouvelles, différents épisodes mettant tous en scène un modèle de robot particulier et explorant les limites des trois lois. Le truc c’est qu’ici, Asimov met en place les piliers de soutènement des tomes suivants, en peignant par petite touche d’un côté le rôle des robots dans la conquête spatiale, dans l’expansion de la race humaine hors de sa planète, et de l’autre la méfiance croissante d’une partie des humains envers ces machines capables de penser parfois (souvent) mieux qu’eux. C’est sur ce divorce entre les mondes satines dépendants des robots, et le monde terrien qui les rejette, que reposera toute la suite du cycle.
Comme dans le premier tome, Asimov nous amène à nous poser des questions sur notre propre monde : par exemple, un robot peut-il témoigner lors d’un procès ? Cette question a l’air comme ça assez loin de nous, mais en fait… pas du tout ! On connaît tous Alexa, l’assistant personnel d’Amazon, qui écoute et enregistre tout ce que vous dites : eh bien ses enregistrements ont été utilisés lors d’un procès pour meurtre. En l’occurence, le procureur avait demandé les enregistrements auprès d’Amazon, qui avait refusé, avant que l’avocat de la défense n’autorise finalement la compagnie à les transmettre ; vous verrez que le cas décrit dans Un défilé de robots présente des similitudes assez frappantes. J’ai fait référence à cette nouvelle en particulier, mais toutes contiennent des questions que nous devons nous poser ou que nous aurons à nous poser bientôt. C’est d’ailleurs un aspect assez drôle du livre : des problèmes qui sont très actuels côtoient des idées scientifiques complètement périmées – vous noterez les différentes références à l' »éther », la substance dont on pensait qu’elle remplissait le vide spatial.
Enfin, c’est bien écrit, ça se lit bien. C’est du Asimov, quoi, c’est toujours à la fois intelligent et distrayant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s