Combien de temps pour écrire un livre ?

Il se trouve que c’est l’un des question qu’on me pose le plus souvent, et comme j’ai encore dû y répondre deux fois cette semaine, je me suis dit que ça ferait un bon billet de blog…

Vous avez peut-être vu dans mon précédent article que j’avais planifié mon année avec les livres à écrire, à corriger, les projets perso… Cela suppose que j’ai une petite idée de combien de temps tout le processus d’écriture prend. Et il se trouve que oui. Comme j’en avais parlé dans ce billet, si ma méthode tend à changer en fonction de l’histoire sur laquelle je travaille, en revanche, je sais généralement à vue de nez quand je vais passer les grandes étapes de la confection d’un livre. Comment ? C’est ce que je vais vous expliquer ci-dessous :

Conception de l’univers, des personnages, de l’intrigue

Cette étape contient en gros tout le travail préparatoire que je réalise avant de m’attaquer à un premier jet. Typiquement, cela va me prendre entre un et trois mois, selon le type de roman, la complexité de l’univers et de l’intrigue. Par exemple, pour de l’anticipation, j’ai besoin de créer une histoire du monde de maintenant jusqu’à l’année où se déroulera le roman, de prévoir de possibles crises, les bouleversements induits par l’apparition de nouvelles technologies, pour arriver par exemple en 2040 avec une idée précise de l’univers dans lequel vivent mes personnages.
L’anticipation est d’ailleurs ce qui me coûte le plus en temps et en recherche, la SF plus futuriste me demande moins de triturage de méninges : si je place mon histoire en 2225 par exemple, certes j’ai toujours besoin de mon histoire du monde, mais je ne me sens pas obligée d’imaginer la réaction de la Chine à une soudaine hausse du prix du baril, par exemple, d’avaler des dizaines d’articles et publications afin de prévoir les conséquences sur l’Asie et le reste du monde, etc, etc. Bref, plus l’histoire se passe loin dans le temps, plus je me sens libérée des contraintes imposées par le monde actuel.
Viennent ensuite les personnages, et là, soit j’ai des personnages qui ont à peu près mon âge ou sont nés à mon époque, et c’est relativement simple, ou j’ai des personnages du futur ou du passé qui me demanderont de me poser beaucoup plus de questions pour définir leur psychologie et la manière dont leur univers les aura influencés, et ce avant même de définir leurs principaux traits de caractère.
Enfin, si je rajoute à cela une intrigue compliquée, je sais que je vais y passer du temps.
Bref, selon ce que je vais écrire, je sais généralement si je vais mettre deux semaines – roman contemporain, personnages qui sont de ma génération, intrigue simple – ou trois mois – roman d’anticipation, personnages jeunes, intrigue tordue – pour tout préparer. Et bien sûr, je ne prends pas en compte ici le temps passé à ruminer une histoire, à faire des recherches et noter des idées bien en amont – l’idée mûrit généralement dans ma tête plusieurs années avant que je ne commence à vraiment lancer la première étape.

Tous les plans et les documents qui ont servi à l’élaboration des trois tomes d’In Real Life

Ecrire le premier jet

Là, c’est tout simple : j’écris environ 500 mots à l’heure, environ une page en Times New Roman 12 sans interligne. C’est une statistique stable depuis presque 4 ans. Je peux écrire correctement quatre à cinq heures par jour, donc 2000 à 2500 mots par jour. Mes livres font, grosso modo, 120 000 mots au maximum. Cela fait en moyenne 53 jours d’écriture, ce qui fait, sans compter les weekends, 11 semaines, soit en théorie à peu près trois mois. En réalité, parce qu’il y a toujours des imprévus – des jours où on bloque, une semaine de vacances par-ci, une gastro par-là – cela me prend généralement quatre mois. Le plus long a été mon dernier roman, Marie, qui m’a pris presque six mois, vu qu’il a été interrompu par presque trois semaines de corrections éditoriales pour le tome 3 d’In Real Life, par une infection de l’oeil qui m’a limité mon temps d’écran, par trois semaines de vacances et de déplacements en tout genre, et surtout par de gros blocages à certains moments de l’histoire… Et clairement, pour moi, c’était trop. Attention, certains seront ravis de passer des mois et des années sur un premier jet, mais pas moi. Comme Stephen King, j’ai besoin de le sortir rapidement, quitte à revenir dessus avec des engins de chantier plus tard.

Moi devant un premier jet

Le temps de repos


J’ai besoin de laisser mon texte reposer au minimum deux mois pour pouvoir le reprendre correctement : j’ai besoin de l’oublier. Oublier les phrases, les personnages, les rebondissements… Je laisse encore l’histoire tourner un peu dans ma tête, je recueille les retours de mes bêta-lecteurs et j’établis généralement une liste des corrections que je devrais apporter à l’histoire quand je la reprendrai. J’utilise ce temps de repos pour passer à une des étapes d’un autre livre.

Moi attendant que ma famille lise mon manuscrit.

Les révisions


C’est la seule phase dont je ne peux jamais véritablement prévoir la longueur, mais elle est généralement courte et intense : je peux facilement travailler une dizaine d’heures par jour sur le texte, à tailler, couper, développer, réécrire, transformer. En moyenne j’ai besoin d’un gros mois pour intégrer mes modifications et arriver à une version définitive, mais ça peut être beaucoup plus rapide : par exemple, après avoir décidé de changer un élément (très) important du tome 2 d’In Real Life, j’ai entièrement réécrit la moitié du livre en quinze jours – et je n’ai pas beaucoup dormi !

Re-moi corrigeant mon premier jet

Au total :

Si vous avez fait le calcul, je mets entre six et neuf mois pour obtenir un manuscrit que je me sens de présenter à un éditeur. Avec le temps de repos qui me permet de travailler sur un autre manuscrit, et bien sûr les corrections éditoriales que je n’ai pas intégré ici, cela veut dire que je peux écrire un peu moins de deux bouquins par an en moyenne. C’est beaucoup pour certains, peu pour d’autres, pour moi, je dirais que ça me convient, je n’ai ni l’impression de précipiter les choses ni l’impression de les laisser traîner. Et vous, c’est quoi votre vitesse d’écriture ?

Une réflexion sur “Combien de temps pour écrire un livre ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s